One-on-One avec Magali Tisseyre

0 commentaires

Rencontrez Magali Tisseyre, une triathlète professionnelle depuis plus de 10 ans, elle sait travailler fort et surmonter les défis afin de se surpasser. Ce n'a pas été une surprise lorsqu'elle nous a dit qu'elle recherchait les sensations fortes!

Découvrez-en plus sur sa passion et sur la place des femmes dans le sport. Ne soyez surprise si votre motivation a considérablement augmentée après votre lecture!

1. Décris-toi en quelques mots.

Je suis, avant tout, une personne super curieuse ! Je me sens vivante quand je peux tester mes limites. J’aime découvrir différents aspects de la vie et surtout quand ils me permettent de surmonter de nouveaux défis. J’ai toujours été très attiré par les sports extrêmes que j’ai pratiquement tous essayés, du ski nautique au motocross, pour finalement opter pour un sport d’endurance, le triathlon. 


2. Qu'est-ce qui t'a mené vers le triathlon au niveau professionnel?

J’ai toujours rêvé d'avoir une carrière dans le sport ou en art (musique ou art dramatique). Plus jeune, j’ai pu explorer plusieurs univers passionnants et lorsqu’est venu le temps de m’inscrire à l’université, j’ai eu envie de choisir un sport à découvrir en parallèle à mes études. J’ai décidé que je ferais du triathlon, car j’avais déjà vécu de belles expériences compétitives en course à pied (cross-country au secondaire) et en vélo de montagne et j’avais un sentiment que le triathlon me plairait. La transition entre les études et l’entraînement s’est faite en 2009. C’est alors que je suis allée rejoindre mon entraîneur à Victoria pour m’entraîner à temps plein tout en rédigeant ma thèse de maîtrise. 

 

3. Pourquoi utilises-tu Strava?

J'ai toujours aimé Strava, car ça me permet de me tester ! C'est un super outil, autant pour la course à pied que pour le vélo. L'application est super simple à utiliser et je suis certaine qu'après un essai, vous ne pourrez plus vous en passer. Ce que je préfère de Strava est les segments qui me permettent de découvrir différentes routes... ça peut être motivant de sortir de sa routine !

 

4. Quelle est ta plus grande fierté en tant que triathlète, ton plus bel accomplissement?

Mes plus grandes surprises sont devenues mes plus beaux souvenirs. D’abord, il y a eu ma victoire à mon tout premier triathlon au Lac-Beauport ; je ne l’oublierai jamais. Je ne faisais que commencer dans les sports d’endurance et je m’étais dit, avant la course, que je donnerais le meilleur de moi-même afin de découvrir mes limites… qui m’ont menée sur le podium ! Puis, il y a eu mon premier podium au Championnat du monde, lors de ma première année pro. J’avais travaillé plus fort que jamais, mais je n’avais pas encore idée de la portée de mes efforts. Ce jour-là, un rêve s’est réalisé beaucoup plus rapidement que je ne l’avais prévu ! 

 

 

5. Le sport t'a-t-il appris une leçon? Si oui, laquelle?

C’est lors des moments difficiles que j’ai le plus appris, comme la fois où je me suis retrouvée sur la ligne de départ n’ayant pas pu m’entraîner en raison d’une blessure. Pour ne pas succomber à la pression, j’ai dû apprendre à dissocier mon mental du contexte compétitif dans lequel je me trouvais. J’ai appris à rediriger mon attention sur les efforts plutôt que sur les résultats. C’est d’ailleurs l’une des leçons sur laquelle j’ai travaillé le plus fort et parmi celles qui m’ont le plus changée. Pour passer à travers ces moments, j’ai dû mettre mon ego de côté et oublier ce qu’allaient penser les autres. Cette leçon s’applique d’ailleurs très bien à la vie de tous les jours ! Lors des moments difficiles, on apprend à rester plus calme, on valorise le courage et l’effort et ça aide à mettre de côté les pensées négatives et le jugement des autres. 

 

6. Pour toi, que représente la portion vélo en triathlon (physiquement et psychologiquement)?

Une de mes plus grandes sources de motivation a été de me dire que je voulais devenir compétente en tant que nageuse, cycliste et coureuse. Le triathlon est un sport en soi, mais j’aime que mon expérience dans chacun des trois sports qui créent le triathlon, soit unique. Quand je sautais sur mon vélo après la natation, je devenais cycliste. Pour me motiver, je repensais à mes expériences passées dans les courses de vélo…

C’est normalement la portion vélo que je préfère. J’ai du travailler fort pour me sentir dans mon élément en natation. Lorsque je me tiens sur une ligne de départ de triathlon, j’ai toujours hâte de sauter sur le vélo! Aussi, comme la course à pied suit le vélo, on ne peut pas se mettre dans le même type de détresse physique qu’en course à pied. Je trouve que c’est la section de la course où je peux davantage apprécier l’effort. 

À vélo, je suis dans ma bulle. Je préfère les parcours techniques où on peut vivre des émotions fortes, c’est ma fierté de me démarquer dans de tels parcours. Dans les parcours moins techniques, c’est un autre point qui m’attire. Ce que je préfère alors est l'état de concentration dans lequel on peut se retrouver. On entre parfois dans un état méditatif où on ne voit pas le temps passer, un aspect que j’adore de la portion vélo. 

 

7. Quels sont tes projets pour 2019?

Je ne peux pas encore dévoiler mes projets 2019… mais je les révèlerai sous peu ! En attendant, je vous invite à me suivre sur Instagram pour connaître mes prochains défis !  @mtisseyre

 

8. Qu'est-ce qui te garde motivée à toujours aller de l'avant?

C’est le désir de découvrir les différents niveaux de quelque chose, de m’améliorer. C’est comme un jeu ! 

 

9. Comment percevais-tu ta place en tant que femme dans un milieu majoritairement masculin? Une communauté féminine existe-t-elle dans le monde du tri?

Le triathlon est un sport d’endurance relativement jeune. Je crois que c’est pour cette raison que les femmes y trouvent facilement leur place. Au niveau professionnel, les vainqueurs, hommes et femmes, sont considérés de façon très similaire et généralement, les bourses sont réparties également entre les hommes et les femmes. Il y a aussi des séries de courses dédiées uniquement aux femmes. Mon expérience est que les femmes sont respectées et ont leur place dans le monde du triathlon. Pour celles qui commencent, il n’y a aucune raison d’être intimidée, le milieu du tri est super accessible et je suis certaine que vous serez accueillie à bras ouverts ! 

 

10. Quels conseils donnerais-tu à une fille qui désire s'initier au triathlon? Selon toi, quels sont les éléments qui rendent ce sport si exceptionnel/amusant?

Je crois que la natation ou simplement le concept de s’entraîner dans trois sports différents peut faire peur à certains débutants. Le triathlon peut être un peu intimidant, mais c’est un sport accessible à tous et un excellent point de départ pour la mise en forme ! Je crois qu’un bon moyen de réellement apprécier sa première expérience en triathlon est de se fixer l’objectif suivant : AVOIR DU PLAISIR !

Selon moi, la meilleure manière de s’amuser en commençant le triathlon, est d’en faire un en équipe avec des amis ! On peut alors choisir l’un des trois sports, tout en vivant l’expérience et l’ambiance fantastique qu’amène un triathlon. D’habitude, après une première expérience, les gens ont la piqûre et veulent continuer à découvrir le sport !

 

11. Quelle est ta discipline cycliste favorite? Et laquelle aimerais-tu découvrir?

Sérieusement, je les aime toutes!!! Je me suis relancée dans le vélo de montagne l'année dernière en terminant ma saison avec un Xterra, et je suis certaine que d’autres phases suivront! ;) 

 

12. Qu'est-ce qui t'a attiré vers PEPPERMINT?

Ce qui m’a attirée vers PEPPERMINT, ce ne sont pas seulement les vêtements de vélo que j’adore et qui ont un côté féminin et créatif unique. C’est aussi l’énergie et les valeurs qui sont véhiculées par la marque. Ces valeurs m’inspirent en tant que femme et me rappellent la raison pour laquelle je m’étais lancée dans le sport d’endurance au tout début. Ayant été professionnelle depuis plus de dix ans, j’apprécie particulièrement comment PEPPERMINT souligne le côté culturel, communautaire, original et amusant du cyclisme, au féminin. 

 

13. Quel est ton produit PEPPERMINT favori?

J'adore le Bib cycliste Classique, il est super confortable ! Et j'ai super hâte que la nouvelle collection sorte pour que je puisse me choisir un nouveau kit préféré!

 

14. Quelle serait une idée folle à proposer à PEPPERMINT?

De participer à un triathlon en équipe??? ;)

 

15. Tout comme PEPPERMINT, tu restes à Mont Tremblant. Aurons-nous l'occasion de te croiser sur les routes (ou en sentiers) cet été? Seras-tu présente au Bikefest? :) 

C’est certain que vous me croiserez sur le routes ou encore dans les bois!!! Pour ce qui est du Bikefest, ça serait génial! C’est à confirmer ;) 

Laissez un commentaire

All blog comments are checked prior to publishing
The cookie settings on this website are set to 'allow all cookies' to give you the very best experience. Please click Accept Cookies to continue to use the site.
You have successfully subscribed!
This email has been registered
Newsletter
FR