Bébé & Vélo, c'est possible!

le 13 October 2017

Bouger c’est bon pour tout le monde! Pourquoi alors, la majorité des femmes enceintes ne font pas le minimum d’activité physique recommandé? Nos grands-mères se faisaient dire de rester tranquilles pendant la grossesse alors qu’en 2017 on sait très bien que c’est l’inactivité physique qui est néfaste pour la future maman!

Il est normal d’avoir des inquiétudes, surtout en début de grossesse et/ou lorsqu’on a vécu des difficultés auparavant. Je suis passée par là. Sachez que plusieurs études prouvent que l’exercice n’augmente pas les risques de fausse couche. Je crois qu’il faut simplement s’écouter et se respecter.

Si vous étiez peu active avant de devenir enceinte il est vrai qu’il n‘est peut-être pas le moment de vous lancer dans le vélo de montagne ou le ski alpin. Par contre, pourquoi ne pas essayer de mettre un peu plus de mouvement dans votre vie? Le vélo stationnaire, la marche, la natation, le TRX sont de bons exemples d’entrainement accessible et très peu risqué.

Lorsqu’on apprend la bonne nouvelle on arrête subitement de fumer et de boire. On adopte notre mode de vie pour qu’il soit le plus sain possible. Raison de plus pour faire travailler son cœur non? Vous aurez plus d’énergie, un meilleur sommeil, vous diminuerez votre stress, vous limiterez votre prise de poids, vous diminuerez vos risques de faire du diabète gestationnel et vous mettez les chances de votre côté pour récupérer plus rapidement après l’accouchement. Bref, votre bébé vous en remerciera!

De mon côté j’ai fait du vélo (route et montagne) et de la course à pied jusqu’à 6 mois de grossesse. Lors du PEPPERMINT Bikefest j’ai roulé 60km de vélo de route avec la gang. Je crois que ça en fascinait plusieurs ;) Pourtant, dans les faits, je me sentais bien et à l’aise de le faire. J’ai respecté une intensité modérée (je pouvais tenir une conversation) et je me suis écoutée. Évidemment je n’ai pas commencé le vélo hier matin! Avant d’être enceinte j’étais très en forme, je faisais du triathlon et je m’entrainais 6x/semaine. Heureusement j’ai une belle grossesse et je n’ai aucune contre-indication. L’idée d’arrêter une fois enceinte ne m’ait donc jamais passé par la tête.

J’ai tout simplement adapté mes entrainements en diminuant la durée et l’intensité. Je ne le fais plus pour performer, mais simplement pour maintenir ma forme physique, pour me sentir bien et surtout pour avoir du plaisir! Je bouge encore tous les jours, je varie entre le spinning et les escaliers, les circuits training en groupe et la natation. J’ai modifié la position de mon vélo pour pouvoir en faire plus longtemps sur les pistes cyclables. Pour ce qui est de la montagne, j’allais avec les tout-petits dans des trails sans roches ni racines. Ce sont les arrêts pipi trop fréquents et la bedaine encombrante qui ont finalement eu raison de ma saison.

Si vous manquez d’options ou d’idées, renseignez-vous auprès d’entraineurs qualifiés en périnatalité pour savoir comment adapter vos entrainements et le faire sécuritairement.

Go go go les bedaines !

Emilie Châteauvert, fière ambassadrice du collectif PEPPERMINT

Précédent